« Tout commence avec Ouagadougou, ville superbe qui m’a ouvert les bras en 2001, à 23 ans. C est là que j’ai passé, presque par hasard, la porte de l’Afrique. La claque fut telle que je n’ai pas pu la garder pour moi. Il m’a fallu la partager, emmener ceux que j’aime avec moi. Parce que ce que je vivais alors était si plein, si dense, que je voulais leur transmettre la force de vie que le voyage m’offrait pour rien.

À cette époque lointaine où Internet marchait au ralenti, j’ai dû me résoudre à écrire des mails collectifs pour raconter.

Depuis, plus de dix ans ont passé, et un quart de l’Afrique a défilé des townships du Cap à la lumière de Tanger, en passant par les Touaregs maliens et le zinc de Freetown et le pôle Nord, aussi, la Sibérie, la Roumanie, l’Argentine, le Liban en guerre, l’Inde… Partout, j’ai emmené mes amis les plus chers avec moi. Partout, je les ai invités à s asseoir à mes côtés à la table si bien fournie de la vie, histoire de passer un moment ensemble, et de leur présenter mes nouveaux amis. Depuis, le voyage continue tantôt journaliste, cameraman, flâneur, homme itinérant dès que l’occasion se présente. Toujours habité par la nécessité de partager avec ceux que j aime des événements parfois infimes, mais qui m’ont traversé tout entier, et mené au-delà de moi. »

Dans un style plein d humour et de poésie, Romain Potocki nous entraîne à la découverte de l’Autre, dans tout ce qu’il fait résonner en chacun de nous, et nous fait voir le monde autrement.

Mon avis :

Grand reporter, notamment à France 2 pour « Envoyé Spécial » ou « 13h15 le dimanche », Romain Potocki, nous réconcilie avec le journalisme, pas le sensationnalisme où l’on nous surjoue l’émotion d’un accident de train, mais le curieux du quotidien, de l’inattendu, des autres ! Ce recueil de dix années d’envois regroupés de mails de tous les coins de la planète nous présente ses émotions brutes ou poétiques, mais toujours ses émotions qui priment sur le reste.

Vous ne trouverez aucun jugement, pas de cynisme, aucune leçon, ni politique, ni morale, pas de message… En fait, Romain Potocki oublie ses propres racines et se veut citoyen du monde. Il nous livre son ressenti, comme de petits instantanés d’un moment de vie, teintées d’humour ou de tristesse. Pour une fois, nous nous félicitons de ne pas voir l’évolution d’un homme… en effet, l’œil est toujours neuf, émerveillé, à l’écoute et s’imprègne sans se lasser de ce qu’il découvre.

Cela donne deux heures d’évasion « charmante »… attention, pas le sens mièvre ou mignon du mot, non, du vrai charme qui nous fait voyager au pays de la tolérance et des multiples cultures. Quelque part, l’homme et non plus le journaliste nous offre une traversée à la recherche de soi plutôt qu’un dépaysement pour débusquer les gitans de l’autre côté du périphérique ou ceux qu’il interrogera en Roumanie pour boucler la boucle.

Romain Potocki a très bien intitulé son recueil : l’homme itinérant… Un voyage chaleureux et totalement humain ! Et comme vous serez intéressés, c’est certain, prolongez cette découverte en visitant vous-même le site de l’auteur : l’homme itinérant

Ma note : 4 / 5